LES PETITS +

  • Respect de l’individualité de chacun

  • Traitement par Lumière LED dans les suites pour améliorer la qualité de la peau, les cicatrices et le résultat global.

  • Période d’éviction sociale raccourcie par traitements complémentaires.

La chirurgie esthétique du visage et du cou s’adresse souvent à des patients de plus de 50-55 ans. Quand le vieillissement du visage est avéré et que les solutions de médecine esthétique donneront des résultats insuffisants ou trop onéreux sur le long terme. Il faut souligner que le cou est une structure à part, car la peau est fine, et soumise à beaucoup de contraintes en raison de la fréquence et des grandes amplitudes des mouvements. De plus, il existe parfois une surcharge graisseuse qui augmente les effets de relâchement de la peau (par le poids) et un affaiblissement des muscles de soutien de la peau. Il est à noter que les solutions médicales permettent d’améliorer l’aspect de la peau mais peuvent être décevantes si le relâchement est important. La chirurgie esthétique du cou (lifting) a une réelle efficacité sur cette zone : c’est souvent la seule vraie solution.

Lifting

Le lifting est devenu un mot qui fait peur. Cependant,  il reste le seul geste chirurgical à pouvoir proposer le traitement efficace, durable, d’un vieillissement global du visage et du cou.

 

Les liftings actuels bénéficient de la combinaison de beaucoup d’avancées techniques. Elles permettent ainsi, la restauration des courbes du visage, sans modifer la personnalité du visage. Le naturel est la priorité. Les gestes de chirurgie esthétique du visage et du cou sont plus légers car préparés, complétés ou entretenus par les techniques de médecine esthétique permettant, un résultat optimal et durable avec moins d’inconvénients.

 

Les principes et objectifs de l’intervention

 

Lors des dernières décennies, l’approche était de retirer le maximum de peau relâchée pour que le lifting dure longtemps… C’était oublier que le vieillissement agit principalement sur deux composants :

  •  La peau (qui s’affine, se relâche, se fripe, se ternit)
  • Les volumes (os, graisse et muscles s’affinent et s’affaissent progressivement. Les pommettes disparaissent. Les sillons naturels se creusent. Les bajoues tombent. Les tempes et les joues s’incurvent …).

 

Ainsi, le lifting « moderne » va permettre de retirer l’excès de peau relâché mais « juste ce qu’il faut » et associe la restauration des volumes perdus. Suivant le ou les niveaux concernés, un lifting cervical (cou et tiers inférieur du visage), cervico-facial (cou et zones inférieures et médianes du visage) ou temporal (tiers supérieur) sera envisagé. Bien souvent, les cicatrices se situent devant et en arrière de l’oreille, dans des plis naturels.

 

  • Le lifting cervical permet, premièrement, de redessiner l’ovale du visage (estompant notamment les bajoues), deuxièmement, de dégager l’angle sous le menton (disparition du « double menton »), et troisièmement, d’atténuer notablement l’aspect ridé du cou (par conséquence, moins de plis et de « fanons »).
  • Le lifting cervico-facial permet, en plus des bénéfices du lifting cervical, de lisser les joues, d’estomper les sillons naso-géniens (entre le nez et le coin de la bouche) et de repositionner les structures tombantes vers le haut (et non vers l’arrière, comme cela se faisait dans les années 80-90).
  • Le mini-lifting est un traitement chirurgical allégé avec des suites plus simples, proposable à des patients dont le vieillissement est modéré. Dans cet esprit, la pose de fils non résorbables (type ElasticumÆ®) combine une simplicité du geste et des suites, avec un résultat durable.
  • Le lifting temporal retend la peau du front, et permet de relever des sourcils affaissés. Il est beaucoup moins pratiqué depuis l’utilisation de la toxine botulique (qui efface les rides du front et remonte l’arrière du sourcil). Cependant, pour corriger la « chute » du sourcil, un lifting du sourcil  ou éventuellement la pose de fils ElasticumÆ (cf) pourront être proposés.

 

 Par ailleurs, d’autres raffinements peuvent potentialisés l’effet du lifting :

 

  • La lipostructure (apport de votre propre graisse) va rétablir les volumes perdus et améliorer significativement la qualité de la peau (rajeunissement de l’aspect).
  • La blépharoplastie (amélioration des paupières) permet d’harmoniser l’ensemble du visage.
  • Des gestes de médecine esthétique (peelings, injections, fils, LED) vont améliorer de façon notable une qualité de peau défavorable (faible épaisseur de peau et teint terne ou tâché) et peuvent aussi redonner du volume dans des zones déficientes.

Il faut souligner que la lipostructure et ou la blépharoplastie sont plutôt réalisés dans le même temps opératoire que le lifting, contrairement aux actes de médecine esthétique qui peuvent être réalisés avant, pendant ou après la chirurgie esthétique du visage, en fonction de la demande de la patiente et de l’importance des stigmates du vieillissement.

 

Le déroulement de l’intervention

 

Suivant le choix d’un lifting isolé ou combiné à d’autres gestes sur le visage, le mode d’anesthésie, le temps opératoire et la durée d’hospitalisation vont varier. De ce fait, le lifting peut être fait sous anesthésie locale, plus ou moins accompagnée d’une somnolence (neuroleptanalgésie), ou sous anesthésie générale. Il est demandé de ne pas prendre de médicaments anti-inflammatoires, de l’aspirine ou des médicaments anticoagulants dans les 8 jours avant le geste chirurgical.

La durée de l’intervention varie de 2 à 4 heures.

L’hospitalisation varie entre « un mode ambulatoire » (entrée et sortie le même jour) et un séjour de 24 à 48 H (en général 24H).

 

Les suites post-opératoires

 

  • Le pansement (« en casque ») et les éventuels drains retirés lors de la sortie.
    Il est à noter que les douleurs sont faibles (il s’agit plutôt d’une gêne) et que les mouvements du cou sont à limiter globalement durant la convalescence. Il faut prévoir 8 à 15 jours d’éviction sociale. le temps que les oedèmes et les ecchymoses du visage et du cou se résorbent complètement.
  • Un traitement homéopathique est prescrit systématiquement ainsi que des huiles essentielles pour limiter les inconvénients.
  • Le premier shampooing est autorisé dès le lendemain.
  • Les soins de cicatrices sont simples.
  • Les fils sont retirés au cabinet entre le 5e et le 8e jour.
  • Le maquillage est autorisé au bout de 7 jours.
  • Des rendez-vous réguliers permettront de suivre la bonne évolution de la cicatrisation.
  • Il faut éviter le soleil pendant 3 mois.
  • Le tabagisme est proscrit entre 2 mois pré-opératoire et 1 mois après.

Un traitement par lumière LED, réalisé dans les suites, améliorera la qualité des cicatrices et de la peau, et diminuera les oedèmes et les désagréments. En conséquence, il potentialisera, de façon notable, le résultat global. (le protocole est de 6 à 8 séances de 20 minutes espacées de 3 à 7 jours). Au bout de trois mois, on peut avoir une bonne idée du résultat définitif. Les cicatrices s’atténuent en 6-12 mois.

 

En conclusion, un lifting du visage correctement réalisé doit vous permettre de gagner une dizaine d’années : l’aspect du visage est plus reposé, tout en restant naturel.

La lipostructure

La lipostructure est une conception complètement nouvelle dans le domaine de la chirurgie esthétique. En effet, on ne se contente plus uniquement d’enlever de la matière mais on se permet d’en rajouter.

 

Les principes et objectifs de l’intervention

 

La lipostructure du visage consiste à :

Ajouter des volumes ou combler des dépressions profondes par de fines greffes de graisse. La graisse est prélevée (sur le même patient et dans le même temps) au niveau du ventre, des genoux, ou autres (à définir ensemble) et redéposée dans les structures profondes du visage (pommettes, cernes, tempes, sillons, …). Ces greffes vont « prendre » dans les 3 mois qui suivent.

Et éventuellement à retirer des excès graisseux au niveau des bajoues, du cou par lipoaspiration douce : sans danger pour les structures nobles, grâce à une instrumentation évoluée.

 

La lipostructure a deux grands intérêts :

  • Restructuration des volumes de façon pérenne et globale pour le visage. La lipostructure s’adresse aux patients ayant perdu beaucoup de volume au niveau du visage, et pour qui il faudrait de grandes quantités de produits de comblement (très onéreux sur le long terme).
  • Amélioration de la qualité de la peau : la graisse améliore aussi la qualité de la peau dans le temps, car elle apporte de nombreux éléments régénérateurs. Elle est ainsi utile pour les patients dont la peau est très altérée : fine et fripée.

 

Elle est proposée :

  • Le plus souvent en association avec un lifting du visage et du cou, permettant l’obtention de résultats plus naturels et plus durables (puisque tous les effets du vieillissement sont corrigés : relâchement et perte de volume).
  • En même temps qu’un autre geste de chirurgie esthétique, tel que la blépharoplastie, ou un lifting de sourcil.
  • Ou seule.

Elle est réalisée sur mesure, suivant la demande du patient, et notamment sur la base d’anciennes photographies transmises lors des consultations préalables.

 

Le déroulement de l’intervention

 

  • La lipostructure se fait sous anesthésie générale.
  • La durée de l’intervention varie entre 1 à 2 heures.
  • Acte réalisé en « ambulatoire » (entrée et sortie le même jour).
  • Ne pas prendre de médicaments anti-inflammatoires, aspirine ou anticoagulants dans les 8 jours avant le geste chirurgical.


Les suites post-opératoires

  • Il faut prévoir 8 jours d’éviction sociale afin que les oedèmes et les ecchymoses se résorbent complètement.
  • Il n’y a pas de cicatrices, donc peu de soins à réaliser.
  • Traitement homéopathique prescrit systématiquement ainsi que des huiles essentielles pour limiter les inconvénients.
  • Il faut éviter le soleil pendant 3 mois.
  • Tabagisme proscrit entre 2 mois pré-opératoire et 1 mois après.
  • Il est fortement conseillé d’associer un traitement par lumière LED pour potentialiser les effets sur la qualité de la peau (6 à 8 séances de 20 minutes espacées de 3 à 7 jours).
  • Résultat définitif sur les volumes jugé à 3 mois (une certaine quantité de graisse injectée se résorbe).
  • La qualité de la peau s’améliore dans les 6 mois.
  • Il est parfois nécessaire de compléter ou d’entretenir avec des produits de comblement par petites touches.

La lipoaspiration du cou

L’intervention consiste à lipoaspirer la graisse juste sous le menton (dans l’angle entre le menton et le cou) et légèrement vers les côtés de sorte que l’ovale du visage soit bien défini. Les cicatrices sont imperceptibles.

Mais il est important de comprendre que la peau « libérée » doit se rétracter dans les suites pour marquer les nouvelles courbes. (notamment au niveau de l’angle du cou). Si la peau est de mauvaise qualité, la rétraction ne sera pas significative, et elle sera « flottante ». Il n’y aura aucun effet visible sur l’angle, voir cela peut être plus défavorable.

 

A qui s’adresse cette procédure ?

La lipoaspiration du cou s’adresse à des patients avec une réelle surcharge graisseuse localisée et dont la peau est d’assez bonne qualité.

La lipoaspiration du cou n’est pas une bonne solution pour un patient obèse, ni au-delà de 50 ans en général. Par ailleurs, les pathologies thyroïdiennes, ou des antécédents de chirurgie du cou sont des contre-indications.

Pour les autres cas, d’autres solutions sont possibles :

  • La cryolipolyse  est une alternative pour des cas modérés (peu de graisse) et dont la peau est de bonne ou de moyenne qualité. La procédure est plus simple et la peau se rétracte assez bien (une à deux séances sont parfois nécessaires).
  • Le lifting cervical : pour tout type de surcharge graisseuse avec une peau relâchée. Cette technique permettra de retirer l’excès de graisse, mais également de bien repositionner la peau, et ainsi de bien marquer l’angle du cou et l’ovale du visage.

 

Le déroulement de l’intervention

 

  • La lipoaspiration du cou peut se faire sous anesthésie locale, ou sous anesthésie générale.
  • La durée de l’intervention varie entre 30 minutes et une heure.
  • Acte réalisé en « ambulatoire » (entrée et sortie le même jour).

 

Les suites post-opératoires

 

  • Il faut prévoir 8 jours d’éviction sociale, le temps que les oedèmes et les ecchymoses se résorbent complètement.
  • Il n’y a pas de cicatrices, donc peu de soins à réaliser.
  • Traitement homéopathique prescrit systématiquement ainsi que des huiles essentielles pour limiter les inconvénients.
  • Il faut éviter le soleil pendant 3 mois.
  • Il est fortement conseillé d’associer un traitement par lumière LED pour potentialiser les effets sur la qualité de la peau (6 à 8 séances de 20 minutes espacées de 3 à 7 jours).

 

résultat définitif jugé à 3 à 6 mois environ.