• Docteur Delbaere - 09 86 31 52 52

"Le regard tient une place majeure dans l’esthétique et la personnalité du visage"

Le regard tient une place majeure dans l’esthétique et la personnalité du visage (comme les lèvres).
La médecine esthétique a pris une grande place dans le traitement du regard et permet ainsi, de retarder ou d’éviter la chirurgie esthétique. Elle est quasiment exclusive de 20 à 50 ans. En effet, le cerne peut apparaître tôt, et se traite efficacement par des injections d’acide hyaluronique. La toxine botulique, souvent proposée après 35 ans, permet d’effacer les rides du lion, du front, de la patte d’oie, et de remonter la queue du sourcil. Enfin, les peelings, ou la pose de fils fins (PDO) permettent de lisser la peau des paupières inférieures. Mais souvent au-delà de 50 ans, et pour certains vers 40 ans (dans des cas de formes familiales de paupières tombantes), la chirurgie esthétique devient la seule solution pour traiter un vieillissement devenu plus prononcé : notamment dans le cas des paupières supérieures tombantes, des poches graisseuses, de paupières inférieures trop fripées, de descente des sourcils ou des yeux très creux.

Chirurgie des paupières

Les principes et objectifs de l’intervention

 

La blépharoplastie (plastie des paupières) peut concerner les paupières supérieures et/ou les paupières inférieures.

 La blépharoplastie supérieure s’attelle à retirer le pli de peau excédentaire au-dessus de l’œil et la poche dans le coin interne de l’œil (si elle existe).

Par conséquent, la cicatrice se situera dans le sillon naturel au-dessus de l’œil.

La blépharoplastie inférieure permet de corriger les poches, de lisser la peau inférieure et d’atténuer le cerne.

 

La cicatrice sera réalisée juste sous les cils, si la peau est fripée (vois sous-ciliaire); sinon, il est possible de corriger les poches par une cicatrice cachée (vois trans-conjonctivale).

Ainsi, ces interventions permettent de restaurer durablement les courbes de l’œil, sans les modifier et de donner un air moins triste ou moins fatigué.

Il est à noter que les cicatrices sont toujours imperceptibles.

 

La blépharoplastie est parfois associée à :

• Une remontée des sourcils

• Une lipostructure  des yeux, ou du cerne, ou du visage,

• Un lifting du visage et ou du cou,

• Un peeling.

 

Le déroulement de l’intervention

 

La blépharoplastie se fait, en général, sous anesthésie locale (notamment la blépharoplastie supérieure).

Parfois, une anesthésie plus marquée : somnolence (neuroleptanalgésie), ou anesthésie générale est recommandée (en cas de blépharoplastie supérieure et inférieure et en cas d’anxiété).

Si la blépharoplastie est associée à un lifting ou une lipostructure, une anesthésie générale est alors nécessaire.

La durée de l’intervention varie entre 1 à 2 heures (si 2 ou 4 paupières).

L’acte est réalisé en « ambulatoire » (entrée et sortie le même jour).

Il est demandé de ne pas prendre de médicaments anti-inflammatoires, de l’aspirine ou des médicaments anticoagulants dans les 8 jours avant le geste chirurgical.

 

Les suites post-opératoires

 

• Les cicatrices sont laissées à l’air, avec des soins simples. Les fils sont retirés au cabinet entre le 5e et le 8e jour.
• Le maquillage est autorisé au bout de 7 jours.
• Il faut prévoir 6 à 10 jours d’éviction sociale et de repos visuel, le temps que les oedèmes et les ecchymoses des paupières se résorbent complètement.
• Un traitement homéopathique est prescrit systématiquement ainsi que des huiles essentielles pour limiter les inconvénients.
• Il faut éviter le soleil direct pendant 3 mois.
• Des rendez-vous réguliers permettront de suivre la bonne évolution de la cicatrisation.
• D’une façon générale, le résultat s’évalue vers 3 mois environ.

 

En conclusion, la chirurgie esthétique des paupières est un geste clé de la prise en charge du vieillissement du regard.

 

Elle est, également, souvent préparée, voir retardée ou entretenue par des procédés complémentaires (comme la toxine botulique, les injections de produit de comblement ou peeling).

Lifting du sourcil ou remontée des sourcils

Les principes et objectifs de l’intervention

 

Le lifting de sourcil permet de traiter l’affaiblissement de la partie latérale du sourcil le plus souvent, ou du sourcil dans sa globalité. Le but est de replacer le sourcil à sa position initiale et de rétablir une distance plus harmonieuse entre les cils et les sourcils. Cette intervention peut être également intéressante pour améliorer la courbure du sourcil (le rendre plus féminin si besoin).

La position trop basse du sourcil peut être héréditaire ou, le plus souvent, la conséquence d’un affaissement progressif lié à l’âge.

La technique, principalement proposée, est le retrait d’un croissant de peau juste au-dessus de celui-ci (technique « par abord direct »). Il en résulte une cicatrice qui s’estompe dans le temps.

Sinon, la pose de fils non résorbables ElasticumÆ® permet de remonter les sourcils de façon plus discrète (petite cicatrice dans les cheveux).

 

Le lifting du sourcil est associé :

• Très fréquemment à une blépharoplastie supérieure (en cas d’excès de peau de la paupière supérieure).

• Plus rarement à une lipostructure du sourcil (cf) (réinjection de la propre graisse du patient) en cas de fonte graisseuse du petit coussinet graisseux en regard du sourcil.

 

Ainsi, le lifting des sourcils peut remplacer le lifting temporal, qui est difficile à régler (surcorrection, insuffisance ou asymétrie de résultats). Mais la technique « par abord direct » n’est pas réalisée avant 45-50 ans en général, en raison du risque de visibilité de la cicatrice.

 

Pour les patients plus jeunes, ou les cas plus modérés, il existe des alternatives médicales :

L’injection de toxine botulique qui permet de relever la queue du sourcil,

La pose de fils résorbables, qui permet de relever la partie externe et médiane du sourcil (durée un an).

L’utilisation d’acide hyaluronique pour remonter un peu la queue du sourcil.

 

Le déroulement de l’intervention

 

• Le lifting de sourcil se fait le plus souvent sous anesthésie locale.

• La durée de l’intervention varie entre 30 minutes et une heure.

• L’acte est réalisé en « ambulatoire » (entrée et sortie le même jour).

• Il est demandé de ne pas prendre de médicaments anti-inflammatoires, de l’aspirine ou des médicaments anticoagulants dans les 8 jours avant le geste chirurgical.

 

Les suites post-opératoires

 

Les cicatrices sont laissées à l’air, avec des soins simples. Les fils sont retirés au cabinet entre le 5e et le 8e jour.
• Le maquillage est autorisé au bout de 7 jours.

• Il faut prévoir 6 jours d’éviction sociale, le temps que les oedèmes et les ecchymoses des paupières se résorbent complètement.

• Un traitement homéopathique est prescrit systématiquement ainsi que des huiles essentielles pour limiter les inconvénients.

• Il faut éviter le soleil direct pendant 3 mois.

• Des rendez-vous réguliers permettront de suivre la bonne évolution de la cicatrisation.

• Le résultat s’évalue vers 3 mois environ.

• Les cicatrices s’atténuent en 6-12 mois.

 

En conclusion, le résultat est durable et permettra de prolonger les résultats de la blépharoplastie supérieure.

La chirurgie du cerne

Les principes et objectifs de l’intervention

 

Le cerne est une structure anatomique fixe particulière : frontière entre les paupières mobiles et les pommettes (assez mobiles aussi). Plus précisément, c’est la « gouttière » (plus ou moins creuse) entre l’œil et le nez.

La plupart du temps, il se traite par l’injection d’acide hyaluronique (avec des résultats entre 18 et 36 mois).
Mais s’il est très prononcé, cette technique peut devenir insuffisante, et la chirurgie esthétique peut être nécessaire.

Il existe deux solutions chirurgicales possibles :

Comblement par des greffes graisseuses (lipostructure ou lipofilling)

« Etalement » de poches graisseuses.

 

Le cerne peut être naturellement creux, et/ou également s’accentuer avec l’âge :

  • Dans le cadre d’une fonte globale de la graisse du patient (les pommettes, et le pourtour des yeux seront aussi creusés) : une lipostructure  globale est alors intéressante
  • Ou lors de l’apparition de poches graisseuses au niveau des paupières inférieures, l’effet creux du cerne sera majoré : la correction sera alors réalisée par une blépharoplastie inférieure , lors de laquelle les poches seront « étalées » dans le creux du cerne.
  • Ou lors de l’apparition de poches graisseuses au niveau des paupières inférieures, l’effet creux du cerne sera majoré : la correction sera alors réalisée par une blépharoplastie inférieure , lors de laquelle les poches seront « étalées » dans le creux du cerne.

 

NB : Il est à noter que le lipofilling peut aussi être intéressant s’il existe une forte pigmentation du cerne. En effet, la graisse améliore la qualité et la couleur de la peau dans le temps, car elle apporte de nombreux éléments régénérateurs.

 

Ces techniques (lipostructure ou blépharoplastie inférieure) peuvent être réalisées :

• Le plus souvent en association avec un lifting du visage et du cou, permettant l’obtention de résultats plus naturels et plus durables (puisque tous les effets du vieillissement sont corrigés : relâchement et perte de volume).

• Ou seules.

 

Le déroulement de l’intervention

 

• La lipostructure ou la blépharoplastie inférieure se fait sous anesthésie locale ou générale.
• La durée de l’intervention varie entre 1 à 2 heures.
• L’acte est réalisé en « ambulatoire » (entrée et sortie le même jour).
• Il est demandé de ne pas prendre de médicaments anti-inflammatoires, de l’aspirine ou des médicaments anticoagulants dans les 8 jours avant le geste chirurgical.

 

Les suites post-opératoires

 

• Il faut prévoir 8 jours d’éviction sociale, le temps que les oedèmes et les ecchymoses se résorbent complètement.
• Un traitement homéopathique est prescrit systématiquement ainsi que des huiles essentielles pour limiter les inconvénients.
• Il faut éviter le soleil pendant 3 mois.
• Le tabagisme est proscrit entre 2 mois pré-opératoire et 1 mois après.
• Le résultat définitif sur les volumes est jugé à 3 mois (une certaine quantité de graisse injectée se résorbe).
• La qualité de la peau s’améliore dans les 6 mois.
• Il est parfois nécessaire de compléter ou d’entretenir avec des produits de comblement par petites touches.