• Docteur Delbaere - 09 86 31 52 52

Pour retrouver un ventre plat…
Avec le temps, les grossesses, les variations de poids, et/ou les éventuelles chirurgies… le ventre peut s’être modifié : du petit « bedon » jusqu’au ventre qui retombe, responsable de douleurs, de gênes, de macération… La chirurgie du ventre n’est pas seulement réservée à la femme. Les grands amaigrissements peuvent être responsables de séquelles importantes chez les hommes. Il existe des solutions chirurgicales.

Principes et objectifs des differentes l’interventions

L’examen du ventre « de l’intérieur jusqu’à l’extérieur » (contenu intra-abdominal, tonicité et position des muscles abdominaux, éventuelle hernie associée, épaisseur de la graisse, et état de la peau) nous orientera vers une ou plusieurs propositions thérapeutiques.

 

Les solutions sont parfois juste des conseils comme :

• L’amaigrissement : il est souvent nécessaire (et imposé) avant une chirurgie du ventre. Parfois, il peut être la seule solution réellement intéressante (notamment si la rondeur du ventre provient de la graisse à l’intérieur du ventre).
• Le renforcement musculaire (par le sport) peut aussi être une première approche et vient en complément d’une chirurgie (avant et après).

 

Ou des gestes chirurgicaux comme :

La lipoaspiration

La technique est intéressante pour des excès de graisse modérés (« bedon », …), et si la peau est de bonne qualité (peau épaisse, non vergéturée, assez tendue).

 

La « mini-plastie » abdominale
Cette intervention s’adresse à des patients dont le ventre est modérément dégradé : la qualité de peau ne permettrait pas la réalisation d’une lipoaspiration isolée, et la quantité de peau est insuffisante pour une vraie plastie abdominale. Elle peut aussi être la technique de choix pour des patients ayant des cicatrices qui adhérent en profondeur (comme celle de césarienne par exemple) et qui ont un petit surpoids. Cela donne des aspects parfois très visibles. L’intervention débute par une lipoaspiration. Le décollement de peau est limité (juste sous le nombril). On ne réalise pas de geste sur les muscles. L’intervention n’est pas trop lourde et il n’y a pas de cicatrice autour du nombril.

 

La plastie ou dermolipectomie abdominale (qui veut dire que l’excès de peau et de graisse est retiré)

C’est l’intervention la plus complète, qui s’adresse à des patients dont la peau est clairement en excès (parfois sans excès de graisse associé). La paroi musculaire peut-être réparée dans le même temps (comme certaines hernies également). On débute également l’intervention par une lipoaspiration pour affiner les excès graisseux. Puis on réalise le décollement de la peau du ventre, qui permet un accès sur les muscles abdominaux, que l’on peut resserrer si besoin (cure de diastasis). Ensuite, on retend la peau : si possible, on retire la partie de peau entre le pubis et le nombril. C’est la partie au-dessus de l’ombilic qui est tendue jusqu’en bas. Ainsi, d’éventuelles cicatrices (appendicectomie, césarienne, …) ou l’essentiel des vergetures (en-dessous du nombril) peuvent disparaître. Par conséquent, il en résulte une cicatrice dans le bas du ventre, et une cicatrice ronde autour du nombril.

 

La cure de diastasis

Elle permet de resserrer les muscles abdominaux. Le diastasis (= écartement anormal des muscles abdominaux) est une conséquence de la grossesse dans la plupart des cas (et plus fréquemment observé après des grossesses gémellaires). La cure de diastasis peut se faire lors d’une plastie abdominale : résolvant les problèmes musculaires et les problèmes «esthétiques» dans le même temps. Si les muscles sont très écartés ou la paroi très abîmée (hernies ou éventrations), l’intervention peut être réalisée en double équipe : avec l’aide d’un chirurgien viscéral qui réparera et renforcera la paroi, et le chirurgien plasticien qui ajustera la peau. 

 

Le bodylift

Cette intervention se fait essentiellement pour des séquelles d’amaigrissement important. Elle permet de retirer les excès du ventre mais également en continuité, en arrière, du bas du dos. Cela permet, en un temps opératoire, d’harmoniser circulairement la silhouette : le ventre est tendu, il n’y a plus d’excès sur les côtés, et les fesses sont retendues (voir un peu regalbées). C’est une intervention plus lourde, dont la cicatrice est circulaire entre le ventre et le haut des fesses. Le choix d’une intervention se fait en fonction de l’état du ventre, mais aussi en fonction des pathologies et des attentes du patient.

 

La dermolipectomie abdominale et le bodylift peuvent faire l’objet d’une prise en charge CPAM (suivant l’avis du médecin conseil de la CPAM)

Le déroulement de l’intervention

AVANT :

• Deux consultations seront nécessaires : la 1° (celle de l’information) et la 2° (celle de la préparation). Entre les deux, une « entente préalable » sera adressée au médecin conseil de la CPAM, afin de savoir si l’intervention est prise en charge ou non.

• Un bilan radiographique de la paroi abdominale est parfois nécessaire (échographie ou scanner) pour la 2° consultation.

• Le médecin anesthésiste sera consulté entre 3 jours et 3 semaines de l’intervention (à la clinique Belledonne).

• Le tabagisme est proscrit entre 2 mois pré-opératoire et 1 mois après. Aucune intervention n’est possible sans cet arrêt.

 

PENDANT :

• Les interventions se font sous anesthésie générale.

• La durée de l’intervention varie de 2 à 3 heures (pour la plastie abdominale).

Les suites post-opératoires

• Les éventuels drains sont retirés après 2-3 jours.

• Pour limiter les risques de phlébite, une anticoagulation préventive est commencée dès le premier jour et des bas de contention sont portés pendant 3 semaines. La marche doit être débutée dès que possible.

• La sortie de la clinique se fait 3 à 4 jours après l’intervention (moins pour la mini-plastie abdominale).

• Une gaine abdominale sera portée jour et nuit 6 semaines.

• Les douleurs peuvent être importantes (surtout si geste musculaire associé), mais les antalgiques classiques sont efficaces.

Un traitement homéopathique est prescrit systématiquement ainsi que des huiles essentielles pour limiter les inconvénients.

Les douches sont autorisées rapidement (les bains après 3 semaines)

Les soins de cicatrices sont faits ensuite tous les deux jours (par une infirmière ou par le patient). Durée des soins : 15 jours.

Un arrêt de travail peut être prescrit (environ 15 jours)

Les consultations post-opératoires seront toutes assurées par le chirurgien. Elles sont indispensables pour s’assurer du bon déroulement des suites et apporter les conseils au fur et à mesure.

Un traitement par lumière LED peut être réalisé dans les suites pour améliorer la qualité des cicatrices et le résultat global (6 à 8 séances de 20 minutes espacées de 3 à 7 jours). Un protocole spécifique aux vergetures peut aider à atténuer les éventuelles vergetures résiduelles.

 

Conseils pratiques :

• Il est nécessaire de dormir sur le dos au moins 15 jours, puis éventuellement sur le côté.

• La reprise des activités sportives douces (vélo, natation, marche rapide) est autorisée après 6 semaines, et pour les sports plus toniques (course à pied, zumba, …), ainsi que le renforcement musculaire abdominal, il faut attendre 3 mois.

• Il faut protéger les zones opératoires du soleil : toutes les zones d’ecchymoses pendant 4 mois et les cicatrices, tant qu’elles sont rouges : entre 12 et 18 mois.

 

Le résultat définitif est évalué à 6 mois-un an environ.

LES DIFFERENTES INTERVENTIONS

• Dermolipectomie abdominale
• Plastie abdominale
• Mini-plastie-abdominale
• Cure de diastasis
• Lipoaspiration
• Bodylift